Laon / Cathédrale, orgue H.-Didier (1899)

Laon orgue

 

vidéos

En construction

 

coordonnées

Les Amis des Orgues de Laon
Président : Claude Condette
Mail
03 23 20 47 38


 

> Les grandes orgues de la cathédrale de Laon

La cathédrale de Laon possédait un instrument dès le XVIème siècle. Il subsista jusqu’au milieu du XVIIe siècle.
Devant son état de détérioration, les chanoines se décidèrent en 1697, sur les conseils du Laonnois Nicolas Lebègue, à construire un nouvel orgue. De celui-ci, il ne reste plus qu’un magnifique buffet.

Sauvé par hasard au moment de la Révolution, cet orgue ne fut pas entretenu avec soin et son état alla en se détériorant au cours du XIXe siècle. Si bien qu’en 1897, après la restauration de la cathédrale par l’architecte Boeswillwald, il fut décidé la construction d’un orgue neuf. C’est ainsi que, dans le buffet du XVIIe siècle, le facteur Henri Didier d’Épinal, qui s'était attaché les services d'anciens compagnons de Cavaillé-Coll, installa un nouvel instrument qui fut inauguré le 19 février 1899 par Fernand de la Tombelle, Charles Tournemire et Les Chanteurs de Saint-Gervais.

Il s'agit d'un instrument de 32 pieds, composé de 54 jeux sur 3 claviers et un pédalier, actionné par trois machines à levier pneumatique "Barker". Son installation avait commencé en juin 1898 tandis que la réception des travaux intervenait le 28 janvier 1899.
Jules Fouquet est nommé organiste titulaire et le restera jusqu'à sa mort en 1966. Marie Ducrot lui succèdera officiellement le 7 août de la même année, Décédée en 2001, elle est alors remplacée par Laurent Fèvres, puis par Lidia Ksiaskiewicz qui est l'actuelle titulaire.

Le buffet, œuvre de l’atelier (?) Pierre Puget (1600-1694), se compose d’un grand corps qui occupe le fond de la nef dans toute sa largeur, et d’un positif en encorbellement.

Le grand corps mesure 15 mètres de hauteur sur 12 mètres de largeur ; on y dénombre 5 tourelles (de 5 ou 7 tuyaux) et 6 plates-faces (de 9 ou 7 tuyaux) qui sont montées dans un ordre de taille décroissant des extrémités vers le centre, afin de cacher le moins possible la rose du Jugement Dernier du XIIIème siècle.

Le buffet du positif dorsal en 8 pieds, réplique de la partie centrale du Grand-Corps, mesure environ 4,50 mètres de hauteur sur 3,75 mètres de largeur, et comporte 3 tourelles de 5 tuyaux encadrant 2 plates-faces de 9 tuyaux. Il n’a aujourd’hui qu’un rôle décoratif, et sa profondeur a été réduite environ de moitié pour permettre l’installation de la nouvelle console accolée au grand buffet.

Les couvertures des tourelles aussi bien que les sommets des plates-faces sont ornés de sculptures très soignées, draperies, guirlandes de fleurs, instruments de musique, têtes d’anges, génies et fleurs de lys. Deux énormes atlantes ne mesurant pas moins de 4,50 mètres de hauteur et sculptés en plein cœur de chêne, soutiennent les 2 grandes tourelles latérales.

Si l’on peut regretter, à la vue d’un tel buffet, le grand orgue classique français, force est de constater la qualité tant mécanique que sonore de l’orgue de Didier qui, par chance, est dans un remarquable état de conservation.

Différents facteurs se sont succédé pour assurer la maintenance de l'instrument, dont Pierre Cheron puis Paul-Marie Koenig, et enfin Erwin Muller sur les conseils de Jean Langlais. Le facteur Muller qui était chargé de l’entretien depuis 1966 a entrepris une restauration complète en 1984. Son travail, arrêté en 1987, a été poursuivi depuis par l’entreprise Gonzalez et le facteur Dargassies. Au terme des travaux, les grandes orgues ont été remises officiellement en service le 10 juin 1990.
C'est actuellement le facteur Denis Lacorre qui est en charge de la maintenance.

> Composition de l'orgue

> Galerie de photos

 

cathedrale de Laon